Comment soigner la maladie de Lapeyronie

soigner la maladie de Lapeyronie

Érection douloureuse, incapacité d’avoir de rapports sexuels à cause d’érections tordues, vie sexuelle réduite à néant… Voilà un aperçu de cette maladie. Dans ces conditions, on comprend alors l’importance de soigner la maladie de LaPeyronie.

Cette maladie fait partie des dysfonctions érectiles et peut même amener à l’impuissance masculine. Elle peut aussi passer inaperçue, mais non sans conséquence.

Aujourd’hui on vous propose un dossier complet sur la Peyronie. À la lecture de cet article, vous serez quelles en sont les causes, les symptômes complets et surtout les moyens de soigner cette affection.

C’est quoi exactement la maladie de Lapeyronie

La dysfonction érectile concerne les problèmes liés à l’érection. Que ce soit en termes de capacité à obtenir une érection, ou la capacité à maintenir cette dernière. Certaines formes de dysfonctions érectiles peuvent amener jusqu’à l’impuissance totale.

La Peyronie fait partie intégrante de cette catégorie. Il s’agit d’une maladie rare. Mais lorsqu’elle vous touche, suivant son importance, elle peut alors devenir extrêmement pénalisante pour votre vie sexuelle.

On associe souvent là à une courbure du pénis. C’est souvent le cas, mais la courbure du sexe n’est qu’une conséquence de la maladie.

Enfaîte, il s’agit d’une fibrose au niveau de la verge. De ce fait, la quantité de tissu fibreux augmente de manière anormale. Ce phénomène se situe entre les corps caverneux qui composent le pénis. Mais également au niveau de l’albuginée (il s’agit de la membrane entourant votre sexe).

On constate alors dans les zones concernées, la formation de plaque (qui se ressente au touché, car beaucoup plus dur). Ces plaques sont constituées de collagène désorganisé et de fibrilles élastiques fragmentées. C’est ce phénomène qui crée la courbure du sexe en érection. L’autre conséquence, est également l’arrivée de douleur lors des érections.

Soigner la maladie de Lapeyronie

Remarque : Avant de continuer, petit point vocabulaire. Le vrai terme pour définir cette maladie est bien LAPEYRONIE et non Peyronie ou maladie de la Peyronie. Dans cet article, vu que l’ensemble des termes cité précédemment est couramment utilisé, je les utiliserais tous. Donc, ne soyez pas surpris.

La maladie de Lapeyronie en chiffre :

La maladie évolue sur une période pouvant atteindre 2 années
3 à 9%
Hommes concernées
5 à 10%
Symptômes graves

Les causes de la maladie de Lapeyronie :

Ce que l’on sait avec certitude, c’est que la Peyronie n’est pas héréditaire et n’est pas non plus congénitale (présente dès la naissance). C’est donc une maladie qui survient au cours de la vie.

Les causes ne sont pas clairement définies et la médecine doit encore travailler sur le sujet. Mais plusieurs pistes ont été identifiées : 

Causes liées à la fonction érectile :

  • Micro-traumatismes créés lors des rapports sexuels (qui favoriseraient l’apparition de la fibrose).
  • Diminution vasculaire (diminution du flux sanguin dans la verge).
  • Problèmes d’origines infectieux.

Causes liées à d’autres fonctions de l’organisme :

  • Le diabète.
  • L’hypercholestérolémie.
  • La maladie de Dupuytren (il s’agit d’une fibromatose palmaire avec un développement de tumeurs au niveau de la main).
  • La maladie de Ledderhose qui correspond à une fibromatose plantaire.
  • Probablement l’ensemble des maladies provoquant des fibroses est une cause potentielle.

Les facteurs de risques à prendre en compte :

Le premier facteur de risque, c’est celui de l’âge. Même si tout le monde peut être touché, en moyenne la maladie de Lapeyronie apparaît peu après 50 ans.

Dans les facteurs de risques sur lesquelles on peut agir, on retrouve principalement l’hygiène de vie.

surpoid-dysfonction erectil

En effet, tous les points ci-dessous augmentent la probabilité d’être touchée par cette maladie :

  • Consommer des drogues.
  • Fumer.
  • Consommer de l’alcool.
  • Inactivité et la sédentarité.
  • Mauvaise diététique (consommation de produits transformer, fort indice glycémique, additif …).

Tout savoir sur les symptômes de cette affection :

Il s’agit d’une bien d’une véritable maladie. Même si dans certain cas la maladie n’évolue que très faiblement avec pratiquement aucun symptôme.

Dans certains cas, la Peyronie peut conduire à l’impuissance totale. Dans ce sa il y a une incapacité à avoir des rapports sexuels.

Les symptômes de cette maladie en détail : 

Douleurs au niveau du pénis :

C’est d’ailleurs la première étape de cette maladie. Lorsque la fibrose arrive, il y a une inflammation au niveau du sexe qui se crée. Celle-ci engendre alors de vives douleurs.
Normalement, les douleurs sont ressenties en phase d’érection, mais il se peut aussi qu’elles persistent au repos.

À noter que la période d’inflammation et donc de douleur dure uniquement durant la phase évolutive de la maladie de la Peyronie. Généralement, la période de douleurs est observée sur une durée de 6 à 18 mois.

Déformation du sexe en érection :

La fibrose et le tissu cicatriciel engendré vont perturber l’érection. C’est pour cela que l’on rencontre des déformations de la verge en érection. La courbure du pénis peut être très prononcée, jusqu’à empêcher la pénétration. De plus, la courbure du sexe en érection est facteur de risque de fracture du corps caverneux.

À noter que dans certains cas, la courbure est très légère et peut ne pas être détectée. Dans ce cas, on pourrait cependant observer un rétrécissement du pénis (diminution de la circonférence) ou un raccourcissement (diminution en longueur).

Fibrose du pénis-Lapeyronie

Dysfonction érectile et impuissance :

En plus des 2 symptômes cités ci-dessus, qui a eu seul peuvent engendrer de l’impuissance. La maladie de Lapeyronie peut également impacter votre capacité à avoir ou conserver une érection.

En effet, le tissu cicatriciel qui se crée au niveau des corps caverneux va perturber l’afflux sanguin dans la verge. On peut donc arriver à des érections molles, des érections qui ne durent pas, ou voir même l’incapacité à avoir une érection.

Comment détecter la maladie de Lapeyronie ?

Si vous avez des douleurs dans la verge ou que vous avez observé un changement au niveau de votre sexe. Alors il ne faut pas hésiter à consulter. Plus on agit vite et plus on peut réduire les effets de cette maladie.

En effet, la seule solution pour diagnostiquer la maladie de Lapeyronie est de faire réaliser un examen physique par une personne compétente (Médecin, urologue …).

Si vous êtes touché par la Peyronie, alors votre médecin devrait rapidement déterminer la zone impactée sur votre verge. Ainsi, il pourra identifier la quantité de tissus cicatriciels déjà existants.
À noter que le diagnostic peut également être complément par une échographie ou une radiographie.

De votre côté, vous pouvez déjà vous faire une idée en mesurant votre pénis. Si vous observez une réduction de longueur en érection, il est probable que vous soyez concerné par la Peyronie.

Soigner la maladie de la Peyronie – Quels traitements ?

Malheureusement, la maladie de Lapeyronie est incurable. Cependant, des traitements existent avec des résultats pouvant se révéler très efficaces.

Il existe plusieurs méthodes et produits pour soigner la maladie de Lapeyronie. Certaines reconnues par le corps médical, d’autres encore en cours d’étude.

La première étape est toujours de démarrer par la case médecin. Car la première étape est souvent un suivi rigoureux pour mesurer l’évolution. En effet, dans la plupart des cas, la maladie présente de faibles symptômes très peu handicapants.

Rentrons dans le détail de l’ensemble des points pouvant aider pour soigner la maladie de Lapeyronie : 

Les médicaments

Il existe 3 principaux traitements médicamenteux pour soigner la maladie de Lapeyronie. Pour chacun d’entre eux, l’objectif est toujours le même, décomposez les tissus cicatriciels à base de collagène. Et ainsi redonner l’élasticité à votre pénis.

médicament pour soigner LAPEYRONIE

Les 2 plus anciens, sont le Vérapamil oral (généralement utilisé pour traiter l’hypertension artérielle) et les injections d’interféron (qui aide à décomposer le tissu fibreux).

Récemment est apparu un médicament vraiment efficace. C’est le Clostridium hystolyticum, connu sous son nom commercial XIAFLEX.

XIAFLEX, le seul médicament efficace pour traiter la Peyronie. Ce médicament est généralement prescrit pour les cas de courbure de plus de 30 degrés en érection.

Son mode d’administration est par injection directement dans le pénis.

Je vous laisse découvrir l’article sur UROFRANCE.ORG qui traite spécifiquement de ce médicament.

Les traitements naturels pour soigner la maladie de la Peyronie

Il s’agit ici de l’ensemble des traitements non chirurgicaux présentant un effet bénéfique contre la Peyronie.

Thérapie par ondes de choc :

Permets de casser le tissu cicatriciel. L’opération est effectuée directement sur la zone concernée. La méthode présente des résultats mais difficile à supporter.

Traitement par traction du pénis :

Il s’agit ici d’appliquer un effort de traction sur la verge. Ce procédé à pour effet de réduire le tissu cicatriciel et permet de redresser le pénis. Il existe des systèmes de traction dédiée au sexe masculin.

Prévus à l’origine pour gagner en longueur, ils sont tout à fait adaptés pour traiter la Peyronie. On appelle ces systèmes des extenseurs de pénis. Voir notre article qui présente en détail l’un de ces systèmes en cliquant ICI.

Traitement par le vide :

Il s’agit ici d’utiliser des pompes à vide sur votre pénis. Oui VOUS avez bien lu, les pompes à pénis ne sont pas un gadget, elles ont un vrai effet bénéfique.

Et elles trouvent tous leurs sens pour soigner la maladie de Lapeyronie. Voir notre dossier complet sur les pompes à pénis en cliquant ICI.

Extenseur et pompe à pénis son efficace pour soigner la maladie de Lapeyronie :

À savoir : Très peu utilisés en France, les extenseurs de pénis et les pompes à vide sont des équipements reconnus pour améliorer la situation dans les cas de Peyronie.

Extenseur de pénis pour Lapeyronie
pompe à pénis manuelle

Il n’est d’ailleurs pas rare que les patients traités sous XIAFLEX aient des exercices à pratiquer en parallèle du traitement.

Exemple de protocole pratiqué :

  • Sexe au repos : Étirez-le 3 fois par jour pendant 30 secondes.
  • Sexe en érection (hors rapport sexuel) : redresser votre pénis et le maintenir droit pendant 30 secondes.

Ce protocole est à réaliser quotidiennement durant toute la prise du traitement (plusieurs semaines à plusieurs mois).

Changer son style de vie pour ralentir la maladie :

Comme on l’a vue dans les facteurs de risque, l’hygiène de vie est un facteur qu’il ne faut pas négliger.

Il n’y a donc aucun risque à ralentir votre consommation d’alcool, arrêter de fumer, surveiller votre alimentation et vous mettre au sport. C’est même s’offrir la possibilité de ralentir, voire stopper votre maladie. Et si ce n’est pas le cas, vous en tirer de toute façon de gros bénéfice.

Le passage par la Chirurgie :

C’est ici le tout dernier recours. La chirurgie est pratiquée pour les cas les plus graves présentant de sévères complications.

C’est une opération au niveau du pénis certes, mais elle n’est pas à négliger. Il faut éviter d’en arrive r là en prenant les choses en main le plus tôt possible.

Généralement l’opération intervient après stabilisation de la maladie. Mais également après avoir testé les traitements moins invasifs.

La chirurgie pour traiter la maladie de Lapeyronie peut comprendre différents actes chirurgicaux :

  • Allonger le côté du tissu cicatriciel : Peut détériorer vos corps caverneux et amener la dysfonction érectile.
  • Raccourcir le côté non affecté pour réduire la courbure : Redresse le pénis, mais provoquent un raccourcissement de ce dernier. Par contre l’avantage est que la procédure présente moins de risque (cette procédure est connue sous le nom de « Plication Nesbit »).
  • Mise en place d’un implant pénien : Procédure lourde avec les risques que cela engendre. 

La chirurgie, même si efficace n’est donc pas non plus miraculeuse. Elle présente des inconvénients qu’il faut prendre en compte.

L’idéal est de détecter le plus tôt possible la maladie afin de la traiter avant que les symptômes ne deviennent vraiment gênants.

Les remèdes naturels pour soigner la maladie :

Plusieurs études ont été menées sur la Peyronie. Et voilà ce que l’on peut en ressortir :

  1. Les suppléments à base de coenzyme Q10 améliorent la fonction érectile. De plus, on a observé une réduction de la courbure de sexe en érection chez les personnes atteintes de Peyronie. Ces données sont extraites d’une étude publiée en 2010 dans la revue internationale de recherche sur l’impuissance.
  2. Si vous avez fait des recherches sur des traitements naturels contre la Peyronie. Vous avez peut-être trouvé des sources indiquant un effet bénéfique de la part de la vitamine E. Ce n’est pas le cas, la vitamine E ne participe pas à améliorer la situation. Voir le détail de l’étude sur Urology Source

Qui est touché par cette maladie, quel profil, quel Âge ?

Au début de cet article, j’indiquais que la maladie arrivait en moyenne après 50 ans. Oui, c’est le cas, mais c’est également qu’une moyenne. La maladie de Peyronie peut toucher tous les hommes ne n’importe quel âge. Un jeune homme d’une vingtaine d’années peut avoir la maladie de Lapeyronie.

Quelques chiffres inquiétants, mais à prendre en considération :

  • 10% des personnes touchées ont moins de 40 ans
  • Seulement 20% des personnes touchées avaient déjà rencontré des dysfonctionnements érectiles avant leur maladie.

Oui, l’hygiène de vie peut favoriser, ainsi que certaines maladies et également des antécédents liés à la fonction érectile. Mais il reste encore beaucoup d’inconnu et tous les hommes peuvent être touchés.

Il est donc important d’être vigilant et à l’écoute de votre corps.

Attention à la vie couple – Ouvrir le dialogue est primordial

La maladie en elle-même peut déjà impacter votre vie sexuelle. Mais la gêne occasionnée peut être pire.

Bien sûr il faut aller voir un médecin sans tarder, mais il faut également ouvrir le dialogue avec votre partenaire afin qu’elle comprenne la situation.

Les douleurs qui arrivent, les difficultés d’érections, il ne faut pas garder ça pour soi-même. Sinon vous allez ajouter une couche psychologique en plus de votre maladie.

dialogue dans le couple

Conclusion

Soigner la maladie de Lapeyronie n’est pas simple. La médecine doit encore avancer sur ce sujet pour comprendre tous les processus en jeux.

Cependant, si vous êtes concernés, il ne faut pas s’alarmer, des traitements existent. On sera vous prendre en charge et votre vie sexuelle ne devrait pas s’arrêter à cause de cette maladie.

N’hésitez pas à réagir sur cet article dans les commentaires ci-dessous.

clement

Passionné de diététique et du domaine de la santé, j'ai envie de partager et de continuer à apprendre sur le domaine de la santé.

Click Here to Leave a Comment Below

ut justo Sed quis suscipit sed Lorem venenatis, ultricies commodo